• Suivez-nous :

Le bol d’air quotidien dans les espaces de travail

Le bol d’air quotidien dans les espaces de travail

Le bol d’air quotidien dans les espaces de travail 1080 528 2M Mobilier Bureau

Le bien-être du salarié est au cœur des sujets traités dans le monde de l’entreprise. Psychologie de l’employé, temps de travail, ambiance tout est passé au crible pour tenter de définir ce qui peut convenir au mieux pour son quotidien.

Des questions certes intéressantes mais qui n’entrent pas directement en compte dans ce que proposent les sociétés spécialisées dans l’aménagement de bureau et autres espaces de travail.

Peut-être moins en vue, la question de la qualité de l’air dans les espaces de travail est un sujet non moins sérieux et empli de doutes.

Pour lever ces doutes et poser les bases de ce qui définit un air de qualité dans les milieux professionnels, nous nous attachons à vous donner tous les éléments nécessaires à sa compréhension et son diagnostic.

Quels sont les polluants ?

Avant d’aller plus loin dans le sujet, il nous semble évident de faire une mise au point sur les différents polluants de l’air dans des environnements fermés. On regroupe facilement ces polluants sous trois catégories, trois origines distinctes :

  • Les polluants chimiques :

Ils sont représentés par tous les gaz néfastes en grande quantité comme le monoxyde de carbone, tous les oxydes d’azote ou encore les hydrocarbures polycycliques.

  • Les particules :

La plus connue des particules fines et la plus redoutée est l’amiante mais il en existe malheureusement d’autres tout aussi nuisibles pour la santé comme les fibres minérales artificielles.

  • Les bio contaminants :

La nature nous joue des tours puisqu’il s’agit là, de pollens, de moisissures et autres allergènes.

Intéressons-nous maintenant aux conséquences sur la santé des personnes.

Quelles sont les conséquences sanitaires de ces polluants ?

Pour faire bref mais efficace : forme de cancers plus ou moins violents, intoxications oxycarbonées, troubles respiratoires et dans des proportions “moins” graves, irritations des yeux, allergies. Autant de pathologies naissantes de l’association de polluants qui peuvent circuler dans les espaces de travail.

Que nous dit la loi ?

L’encadrement de la qualité de l’air dans les bureaux est très strict. Ce sont les articles R4211-1 et suivants du Code du travail qui régissent tout cela et mettent en avant les responsabilités imputées au maître d’ouvrage.

D’ailleurs la loi fait un rappel important de ce qu’est un lieu de travail, autrement dit : “les lieux destinés à recevoir des postes de travail, situés ou non dans les bâtiments de l’établissement, ainsi que tout autre endroit compris dans l’aire de l’établissement auquel le travailleur a accès dans le cadre de son travail”.

Et les obligations de l’employeur dans tout ça ? Est-il lui aussi soumis à des règles sanitaires et sécuritaires ? La réponse est somme toute logique : OUI. Encore une fois la Loi le rappelle très clairement :

“L’employeur doit garantir à ses salariés un air sain, sans température trop haute, ni odeurs désagréables, ni effet de condensation due à l’humidité.”

En s’accordant sur ces règles établies, comment alors surveiller et améliorer la qualité de l’air dans les espaces de travail ?

Comment savoir si l’air que l’on respire au bureau est pollué ?

Parler de qualité de l’air au bureau, c’est bien mais savoir si l’air que l’on respire au quotidien est pollué, c’est mieux. Pour ça, la solution est toute trouvée puisqu’il suffit au chef d’établissement de faire la demande d’un diagnostic de ses locaux.

Dans une volonté éco-responsable, l’ADEME propose également de réaliser soi-même un diagnostic en tenant compte de règles qu’elle a défini.

Existent-ils des gestes préventifs ?

Malheureusement toutes les entreprises n’ont pas les moyens financiers pour entreprendre des actions de corrections sanitaires. Cependant elles peuvent se tourner vers des méthodes simples d’accès et rapide à mettre en place.

Ce sont souvent l’addition de petits gestes qui ont plus d’impact que les grosses actions. C’est exactement la même chose dans la lutte contre la pollution de l’air au bureau. Ces gestes pourtant simples sont généralement oubliés ou mis de côtés car jugés peu efficaces.

Pourtant l’observatoire nationale pour la qualité de l’air s’en porte lui-même témoin de leur pertinence.

On retiendra en priorité l’ouverture des fenêtres et portes-fenêtres. La circulation de l’air et son “nettoyage” se fera bien plus efficacement que par des solutions mécaniques. Même si les assainisseurs d’air restent une valeur sûre, ils sont bien plus recommandés pour les logements de particuliers que pour des grands espaces de travail.

Il est également recommandé de ne pas polluer l’air ambiant par des produits volatiles comme des parfums, qui intègrent des composants chimiques agressifs.

2M Mobilier et Mouvement est un cabinet spécialisé dans l’aménagement des espaces de travail. Fier de ses multiples compétences dans l’architecture d’intérieur, la maîtrise d’œuvre et le design, 2M Mobilier et Mouvement est à même de vous accompagner dans vos démarches de création ou d’aménagement de bureau, d’optimisation acoustique de vos espaces, de création de vos espaces collaboratifs ou de coworking, etc…

    Résumé de la politique de confidentialité

    Ce site utilise des cookies afin que nous puissions vous fournir la meilleure expérience utilisateur possible. Les informations sur les cookies sont stockées dans votre navigateur et remplissent des fonctions telles que vous reconnaître lorsque vous revenez sur notre site web et aider notre équipe à comprendre les sections du site que vous trouvez les plus intéressantes et utiles.

    Click to enable/disable Google Analytics tracking code.
    Notre site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Vous pouvez définir vos préférences, les accepter ou les refuser.